Vallée de la Gordolasque

  • EM

La Gordolasque, c’est d’abord un torrent et par extension, c’est toute la vallée où coule ce torrent que l’on nomme ainsi.

 

La vallée de la Gordolasque se situe au-dessus du village de Belvédère, lui-même au-dessus de Roquebillière, dans les Alpes-Maritimes 06 en FRANCE.

 

La vallée de la Gordolasque offre un accès en direction de la Vallée des Merveilles et de ses gravures rupestres mais elle permet également de découvrir les plus hauts sommets du département des Alpes-Maritimes, la Malédie, la Tête du Basto, le Grand Capelet, le Clapier.


 

La vallée de la Gordolasque est une ancienne vallée glaciaire, elle est bordée au Nord par la crête frontière avec l'Italie et ses sommets à 3 000 m, à l'Est par la vallée des Merveilles et à l'Ouest par la vallée de la Madonne des Fenestres.

 

Classée en réserve de chasse depuis 1857 par le Roi Victor Emmanuel II et territoire italien jusqu’en 1947, la vallée de la Gordolasque intègre le Parc National du Mercantour en 1979 et constitue un refuge historique pour la faune et la flore d’altitude.


 

La Gordolasque est un affluent de rive gauche de la rivière Vésubie, elle-même affluent de rive gauche du fleuve Var, le point haut de son bassin versant se situe à la cime du Gelas à 3 143 m. Le point bas de son bassin versant au confluent avec la rivière Vésubie est à 540 m. La dénivellation totale est donc de 2 603 m sur une distance de 19 kilomètres, longueur de la Gordolasque, soit une pente moyenne de 14 %.

 

On peut estimer que 90 % du débit annuel de la Gordolasque provient du lac de la Foux, alimenté par les eaux de ruissellement avec deux pointes climatiques par an : la fonte des neiges (avril-mai) et les orages d'été (juillet-août).

 

Le Lac de la Foux est retenu par un barrage qui a pour rôle d'écrêter les crues. Les excédents sont évacués par un canal souterrain aboutissant à une conduite forcée qui alimente une centrale électrique à turbine située en fond de vallée, en amont de la Chapelle Saint-Grat, centrale électrique qui alimente la commune de Belvédère.


 

La Vallée de la Gordolasque était jadis une des branches de la route du sel qui alimentait le Piémont à partir du Comté de Nice, tous deux dépendant du Duché de Savoie, et le Cours Saleya à Nice était le point de départ de ce sel si précieux dans les siècles qui ne connaissaient pas d'autre moyen de conservation des aliments.

 

Des cohortes de mulets l'acheminaient vers le Piémont en passant par les différents cols alpins.

 

Par ailleurs, les vachers, bergers et autres pratiquants de la vie pastorale ont tracé siècle après siècle avec leurs troupeaux, drailles et sentiers qui ont marqué le terroir (tassement du sol, acidité dûe aux excréments favorisant la prolifération des orties, framboisiers, épinards sauvages...).

 

La vallée de la Gordolasque est donc très riche de sentiers et chemins muletiers qui témoignent d'une intense activité humaine passée.


Du Pont du Countet (1 690 m), de très nombreuses randonnées dans le Mercantour sont possibles, tous répertoriés sur la Carte IGN TOP 25 N° 3741 OT (1 cm sur la carte = 250 m sur le terrain)

 

Le Refuge de Nice > Durée Aller 1 h 50 > 2 232 m


Le Lac Autier > Durée Aller 2 h 30 > 2 275 m


Le Gelas > Durée Aller 4 h 30 > 3 143 m


La Maledie > Durée Aller 4 h 30 > 3 059 m


Le Clapier > Durée Aller 4 h 45 > 3 045 m


Le Mont Colomb > Durée Aller 3 h 40 > 2 816 m


La Cime du Diable > Durée Aller 4 h 30 > 2 685 m


Le Grand Capelet > Durée Aller 4 h 00 > 2 934 m


La Vallée des Merveilles > Durée Aller 4 h 00 > 2 719 m

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog