Belvédère

  • EM


Belvédère, village de la Vésubie...

Belvédère, petit village de l'arrière pays niçois, dans la vallée de la Vésubie à quelques dizaines de kilomètres de Nice Côte d'Azur dans le département des Alpes-Maritimes 06 en FRANCE.

 

Le village a connu plusieurs noms Belveder, Belvezer, Bellovidera, Bellovidère avant de se fixer sous son nom actuel de Belvédère ou Barver en nissart.

 

En amont du village de Belvédère se dévoile la vallée de la Gordolasque qui est sans doute l'entrée la plus alpine du Mercantour.

 

Belvédère est situé à 830 m d'altitude à flanc de montagne. Ses coordonnées sexagésimales (WGS84) : Latitude 44° 00' 53'' Nord et Longitude 07° 19' 16'' Est. Ses coordonnées décimales : Latitude 44.019 degrés Nord et Longitude de 7.321 degrés Est.

 


Belvédère, commune du Mercantour...

Altitude minimale de la commune : 575 m, la maximale : 3080 m.
Sa superficie est de 75.41 km² soit 7 541 hectares.
Le code postal de Belvédère est le 06450 et son code Insee est le 06013.

 

La densité de population est de 9 hab/km².
Le maire actuel est M.Paul Burro (Mandat : 2014-2020).
L'école primaire de la commune dépend de l'Académie de Nice.
Pour le calendrier des vacances scolaires, Belvédère est en zone B.

 

Les villages proches de Belvédère sont : Roquebillière, La Bollène-Vésubie, Venanson, Saint-Martin-Vésubie.

Pour les randonnées au départ de Belvédère, munissez-vous de la Carte IGN TOP 25 N° 3741 OT (1 cm sur la carte = 250 m sur le terrain)

Belvédère est rattachée à la Métropole Nice Côte d'Azur.

 


Belvédère, autrefois, il y a longtemps...

Le rez-de-chaussée des maisons comportait une étable et les greniers servaient au séchage et à la conservation des productions alimentaires. Les granges, quant à elles, étaient placées à l’extérieur du village en raison du risque d’incendie que faisait courir le stockage du foin.

 

On cultivait du blé, du maïs, du seigle dans les champs grâce aux engrais naturels fournis par les troupeaux de vaches, moutons et chèvres.

 

Chaque ménage fabriquait son pain, il y avait trois fours communaux à Belvédère et la mouture des céréales était exécutée sur place par quatre moulins.

 

Les vaches laitières fournissaient le lait destiné à être consommé nature ou bien transformé en beurre et fromages.

 

En ce qui concerne les ovins, il faut citer le troupeau communal d'autrefois, appartenant aux villageois, que le berger attitré rassemblait chaque matin, au son d'une trompe, pour l'amener paître dans les terrains communaux, et qu'il ramenait le soir.

 

Les plus grands troupeaux étaient ceux de la transhumance, qui arrivaient de Provence et des Préalpes, au début juin, pour aller passer quatre mois sur les hautes montagnes alentours.

 

Chaque ménage possedait un ou deux cochons, nourris avec des glands, des châtaignes, du maïs, du son, de la farine de seigle et du petit lait.

 

Les colporteurs transalpins venaient vendre leurs étoffes et autres marchandises. Les cordonniers fabriquaient presque toutes les chaussures de la population.

 

Toutes les boiseries des habitations étaient fabriquées dans les ateliers des menuiseries du village, ainsi que tous les meubles.

 

Le fer était aussi travaillé sur place, dans deux importants ateliers de forgerons maréchaux-ferrants.

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog